Mwami Mwenda Bantu, Roi des Bayeke, rend hommage à son père.

Le 20 novembre 1925, vers 4 heures du matin, cinq coups de feu retentissent dans la nuit silencieuse de Bunkeya, capitale de l’ancien Garengaze actuel Katanga en RDC. Le Mwami KITANIKA, Roi régnant à cette époque, envoie les gardes armés vérifier ce qui semble être l’alerte au lion. Arrivés au quartier Bwala du Mwanangwa MUNONGO MUTAMPUKA (jeune frère du Roi et futur Mwami MUSAMFYA), ils le trouvèrent en train de danser. Le Mwanangwa leur demanda de transmettre un message à son grand frère le Mwami KITANIKA : « Celui que l’on attendait vient de naître ». A l’annonce au Mwami, ce dernier répondit par un coup de feu de son fusil calibre 12. Voilà donc comment vint au monde Godefroid MUNONGO qui sera plus tard MWENDA M’SIRI SHYOMBEKA WE SHALO.

Après 10 ans d’initiation à la Cour (1925 à 1935) sous la supervision du Mwami KITANIKA et de son frère MUNONGO, Godefroid MUNONGO, surnommé Ngelemani (l’Allemand) pour son caractère bagarreur, commença à 11 ans l’école primaire. Son parcours quasi-parfait l’amena au grand séminaire de KAPIRI puis à l’Institut de Kisantu au Bas-Congo où il étudia avec Justin Marie Bomboko et Albert KABARE. C’est en travaillant au service des passeports que ses aspirations politiques se développent face à de multiples adversités liées à la colonisation. A la mort de son père le Mwami MUSAMFYA en 1956, Godefroid Munongo se distancie temporairement de l’église catholique à cause de l’implication supposée du clergé dans ce complot.

Lorsque l’éveil politique commence à se développer à Léopoldville, Godefroid Munongo fonde la CONAKAT avec Moïse TSHOMBE et Jean-Baptiste KIBWE. Face aux pressions panafricaines et aux enjeux de la guerre froide, le gouvernement belge concède l’indépendance. Mais  avant cela, Godefroid MUNONGO est nommé Administrateur à Inga avec résidence à Bruxelles, car sa passion pour le Katanga faisait craindre aux Belges une  rupture éventuelle entre la CONAKAT et ses partenaires.

A l’aube de l’indépendance le 30 juin 1960, il est de retour au pays et devient le Ministre de l’Intérieur de l’Etat du Katanga le 11 juillet 1960. Il participe à tous les épisodes de la vie politique katangais et congolais durant la période la plus tumultueuse de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest. Après la fin de la sécession, il élabore en 1964 la Constitution de Luluabourg en tant que Ministre de l’Intérieur du Congo Central avant de devenir Gouverneur du Katanga de 1965 à 1966. Après une période d’incarcération politique, il reste dans le privé même si plus tard, il redeviendra Ministre de l’Intérieur puis membre du Comité Central (Sénat).

Le 12 septembre 1976, il succède à son frère le Mwami LUHINDA Antoine comme le 6ème Mwami des Bayeke du Garengaze. C’est alors que commence le deuxième volet de ce que nos grands pères entendaient par sa naissance. Très vite, il restaure les rites anciens devant les Bikabilo (devant les maisons des ancêtres), il réhabilite la culture et la langue yeke et fait la tournée historique de tout le Garengaze pour ramener les Mayanga (anciennes provinces) dans le giron de Bunkeya, comme 100 ans auparavant sous le règne de son grand père, fondateur du Garengaze, M’SIRI 1er. Avec ses nombreux contacts nationaux et internationaux, il ouvre au royaume de nouveaux horizons et renforce de nouveaux partenariats particulièrement à chaque célébration du 20 décembre 1891, commémorant le jour où M’SIRI refusa l’implantation du drapeau de l’Etat Indépendant du Congo.

Mais le 28 mai 1992, le téléphone interrompt la quiétude d’une journée printanière de Boston, Massachusetts, aux USA : le Lion est reparti. Il est décédé à la Conférence Nationale Souveraine de Kinshasa. Je n’en crois pas mes oreilles.

Ebranlé, je commence à téléphoner partout : je m’enquiers de la santé de notre mère, mes proches et surtout les conséquences pour le Katanga et l’avenir de notre Bwami. Nous rentrons tous pour les funérailles royales où notre aîné est désigné par la Cour pour continuer la vision de notre lion, roi, père, protecteur et général.

Cela fait 20 ans aujourd’hui, mais on croirait que c’était hier matin. Malgré cette perte incommensurable, le Bwami persévère dans la voie du développement et l’accomplissement d’un vieux rêve, celui d’un Katanga prospère.

Fait à Bunkeya, le 3 janvier 2012

MWENDA BANTU MUNONGO GODEFROID Jr
8ème Mwami des Bayeke du Garengaze

website hit counters